lune-de-miel-en-enfer* Broché: 368 pages * Editeur : Gallimard * Collection : Folio SF *

Résumé : En 1962, l'humanité est au bord du gouffre. La guerre froide tend sérieusement vers le chaud, et voilà que ne naissent plus que des filles. Ray Carmody va devoir accepter une mission sur la Lune d'un genre un peu particulier, mais si c'est pour sauver l'espèce humaine… / Al Hanley, alcoolique invétéré, va, lui aussi, mais sans le faire exprès, sauver la Terre d'un bien funeste destin. Les extraterrestres de la planète Dar n'en reviennent toujours pas ! / Le professeur Braden est enfermé, seul, depuis trente ans, à l'intérieur du dôme antiatomique qu'il a inventé. Osera-t-il enfin en sortir ? L'humanité aura-t-elle survécu à l'apocalypse ? Il aimerait tant ne pas mourir seul. / En une vingtaine de nouvelles, Fredric Brown parvient à faire rimer science-fiction et humour. Il prouve, une fois de plus, qu'il est un maître de la forme courte.

Mon avis : La première pensée qui me vient après avoir refermé ce livre : « Toujours aussi génial, ce Brown ! ». Ceci est le cinquième livre de lui que je dévore, et je ne suis toujours ni lassé ni déçu.

On retrouve dans ce recueil, une fois de plus, des histoires variées, toutes entrainantes, avec souvent une bonne dose de second degré parfaitement dosée justement.

Les idées sont toujours originales. Fredric Brown est maître dans l’art des mélanges étranges qui fonctionnent quand même, comme cette histoire de vampires exposés au grand jour qui décident donc de créer une machine à voyager dans le temps pour rejoindre un futur où leur existence a été oublié de tous. Il faut avouer que, dans la théorie, le concept est des plus déconcertants et pourrait sans mal donner un film de série B. Dans la pratique, pourtant, cette courte histoire est simplement brillante, avec une chute aussi inattendue qu’hilarante.

Il faut tout de même avouer que certaines histoires « déçoivent ». Je mets le terme entre guillemets parce qu’elles restent plaisantes à lire et bien trouvées, mais elles sont simplement bonnes alors qu’on s’attendrait à bien plus que ça. La faute à Brown, qui m’a habitué à toujours surpasser mes attentes avec ses 3 recueils et ses 2 romans de SF qui frôlent tous la perfection.

Un mot de la direction, par exemple, un des derniers récits du recueil, attire tout de suite l’attention. L’idée est simple : partout dans le monde, à la même heure (vraiment la même heure, si c’est à 20h00 en Amérique, la France devra attendre d’arriver elle aussi à 20h00, dans son propre fuseau horaire), les radios se brouillent et laissent place à un message étrange : « Attaquez ! ». La panique prend peu à peu : qui envoie ce message, pourquoi demander d’attaquer ? Et attaquer qui et pourquoi ? Toutes les théories y passent. Sans en dire plus, le mystère est des plus prenants et la réponse assez sympathique, mais je me serais attendu à une chute plus grande que ça malgré tout, étant habitué autant au côté humoristique que philosophie dont fait souvent preuve l’auteur.

En bref, si vous n’avez encore jamais approché cet auteur, il est temps de rectifier cette faute. Lune de miel en enfer sera une parfaite entrée en la matière, dévoilant tout de la variété et du talent de Brown. Mais tout autre roman ou recueil de lui serait tout aussi bon pour commencer. Du moins, parmi ceux que je connais, aucun ne m’a encore déçu.

Murphy