l'ombre-de-murphy-myers

Aujourd’hui, j'aimerais parler d'une "technique" d'inspiration assez particulière. Qui n'a des chances de succès qu'avec ceux qui écrivent en musique. Et qui me semble assez rare. En effet, je ne connais pas d’autres écrivains qui s’y soient déjà essayé.

Je vais donc en parler en me basant sur un texte que j’ai justement en grande partie écrit de cette façon. Et comme j'ai décidé de faire régulièrement des articles sur comment j'ai eu l'inspiration ou la motivation d'écrire telle ou telle histoire, ça tombe bien !

 

l'ombre-myers

Résumé de L’ombre :

Un père qui se suicide, une meilleure amie assassinée, d'étranges apparitions à répétition : cette semaine est des plus déstabilisantes pour Aurore. D'autant plus qu'elle commence à confondre rêve et réalité. Folie, fantôme, simple deuil ou pire cauchemar : Aurore ne sait pas ce qui lui arrive. Mais une chose est sûre : elle est menacée et l'ombre aux yeux sanglants qui hante ses nuits est au coeur de tous ces mystères.

Seulement, comment lutter contre un songe ?

 

Le mécanisme derrière ? Écrire à partir d’une musique !

Ça veut dire quoi, concrètement ?

Déjà, il faut donc avoir une musique en stock, la musique même. Une musique qui vous inspire bien plus que les autres, que vous êtes capable d’écouter 100 fois par jour, qui fait vibrer quelque chose en vous, sans savoir forcément quoi. Sur laquelle vous imaginez peut-être déjà même une sorte de clip quand vous fermez les yeux.

La technique d’écriture, ou plutôt d’inspiration, est plutôt simple à partir de là.

Écoutez cette musique. Mais écoutez vraiment. Isolez-vous chez vous, tranquillement, (rembarrez les sectaires du porte-à-porte qui tentent de rentrer chez vous, muselez votre chat, enfermez les gosses et belle maman dans le jardin,) et écoutez cette musique.

Fermez les yeux, reconstituez le clip que vous aviez peut-être déjà en tête. Écoutez les paroles avec attention, chaque son, chaque note.

Et notez dans un carnet tout ce qui vous passe par la tête. Quels décors vous imaginez sur cette musique ? Quelles péripéties ? Quels visages ? Quelles émotions ? Quelle ambiance

 

Shadow-people,-L'ombre-de-Murphy-Myers

"Arrière, témoin de Jéhovah ! J'ai déjà dit non !"

 

Un exemple de scène écrite à partir d'une musique :

La musique Sweet Dreams, reprise par Emily Browning :

 

M’a fait penser à ces termes :

(J'ai refait la liste de mémoire, ayant perdu le papier d'origine en parfait boulet que je suis).

"Pluie, orage, orgue, temps qui passe, deuil, voix spectrales, tension, forêt, lueurs, fées, cœur qui bat, quête, cauchemar, arbres brisés, attaque de spectres, course, chute, lutte, confrontation, une femme contre une menace invisible, ombres, nuit, cimetière, temple, isolement, désespoir, terre qui tremble, décor qui s'effondre, arme blanche, feuilles mortes, morgue, spectres qui remontent une rivière, un pendule qui poignarde un cœur géant".

Tous les termes ne serviront pas forcément, certains peuvent répéter une idée similaire (deuil, cimetière, désespoir, morgue, pas difficile de trouver un liant entre ces mots).

Il suffit ensuite de greffer les idées générales (une femme qui lutte contre une menace, un affrontement final, etc.), les thèmes (deuil, cauchemar, instinct de survie, etc.) et éléments qu'on veut conserver (une rivière de spectres, une horloge plantée dans un coeur géant, etc.) à l'idée d'histoire qu'on avait déjà en tête. Ou bien d'utiliser ces mêmes éléments pour imaginer une histoire, un fil conducteur, ex nihilo (enfin presque quoi). 

 

Shadow-people---Murphy-Myers

"Il est rentré quand même, le con..."

 

Qui m’ont mené à plusieurs scènes de L'ombre dont cet extrait :

Cette histoire date de plus de 5 ans et n’a, de souvenir, jamais été relue depuis. Aussi, je quémande son indulgence à la cour :

Pour le contexte (ça peut servir, accessoirement), l'héroïne originalement nommée Aurore doit affronter une ombre humaine sanguinaire. Pour comprendre la scène qui suit, il faut savoir qu'elle affronte l'ombre dans un de ses cauchemars.

     "Elle est devant un pont, bien plus grand et plus long que le précédent. Bien plus imposant aussi. Il mène à immense plate-forme de bois, assaillie de racines et de branches d’arbres.

     Plusieurs autres ponts, tous en cercle autour de la plateforme, surgissent d’un noir insondable, passant par-dessus une rivière sanglante hantée d’anges maléfiques.

     Partout, des fées sont mortes, inanimées sur le sol. Leur lueur vacille encore faiblement pour certaines. Les murmures sont maintenant bien audibles, bien que d’aucune langue connue d’Aurore.

     Ici, les secousses terrestres sont bien plus violentes. Et pour cause, Aurore fait face à leur source. Sur la plateforme, encerclée de dizaines de piliers taillés dans la pierre et le cristal, elle voit un cœur géant flotter en l’air. Il bat au rythme du sol, au rythme du sang d’Aurore. Planté au sommet de l’organe vital, une énorme horloge ancestrale laisse ses aiguilles avancer à leurs propres vitesses. Un balancier fait son travail sous le cœur, fine lame tranchant le sol à chaque allée et venue.

     Et devant le métal brillant de ce pendule, l’ombre aux yeux rouges attend Aurore."

 

Plan-de-L'ombre-de-Murphy-Myers

"Carte" du "pays" que l'héroïne parcourt dans son rêve.

Illisible, je sais, mais ça donne une idée de tous les éléments qu'a pu m'inspirer la musique. L'extrait plus haut se passe dans la partie tout à droite.

 

 

Coeur-horloge-de-L'ombre---Murphy-Myers

Les quelques pages précédant cet extrait, et les suivantes (toute la scène dans l'inconscient de l'héroïne, en bref), ont été inventées avec l'aide de la musique Sweet Dreams.

La scène se termine par une sorte d'apocalypse générale. Après la confrontation, l'univers entier s'effondre, l'horloge en coeur s'emballe, les ponts se brisent, les rivières de sang inondent le décor. Un navire figé dans la glace plus loin coule, et les esprits des fleuves remontent jusqu'au rivage. Vous montrez toute cette scène serait certainement bien trop long pour vous. Et sans l'histoire qui va derrière, de nombreux éléments vous seraient peu compréhensibles. Je vous épargne donc la chose. Mais l'idée est bien là : cette scène dure une bonne dizaine de pages A4 et 90% a été pensé/inspiré par la musique.

 

Pour le coup, cette histoire de L'ombre restera dans mes tiroirs à jamais. Sauf si je me motive soudain à en reformuler une bonne partie. Mais j'ai aimé écrire certains passages avec cette "technique" musicale.

C'est une technique assez spéciale, je l'accorde. Et qui ne fera sans doute pas l'unanimité. Mais personnellement, je suis toujours à l'affut de la prochaine musique coup de coeur qui pourrait servir de cette façon.

 

Murphy