mulengro_charles-de-lint-murphy-myers

Résumé de Mulengro de Charles de Lint :

Les gitans vivent dans l'ombre des villes, se mêlant à la société nord-américaine sans jamais vraiment s'y adapter et essayant de préserver leurs coutumes et leurs croyances.

Soudain, une série de meurtres étranges, dont toutes les victimes semblent liées à la communauté tzigane, laisse la police canadienne perplexe. Evidemment elle pense que le meurtrier est un homme. Les gitans eux ne sont pas si naïfs. Ils ont même un nom pour celui qui les tue un à un : Mulengro. Mulengro, le meneur d'âmes, le maître des fantômes.

 

Ce que j’ai aimé de Mulengro :

Mulengro débute de façon assez prenante, avec des personnages bien définis et intéressants. Les deux flics m’ont particulièrement plu et restent pour moi les plus mémorables parmi les 5-6 protagonistes que l’on suit à tour de rôle.

L’aspect enquête policière est super et sombre à souhait. On frisonne à imaginer la créature à l’origine de ces étranges faits.

On retrouve aussi toute une partie de culture mythologie gitane, ce qui rend l’histoire originale.

 

Ce que j’ai moins aimé :

Et puis, soudain, c’est le drame. Après moins de 200 pages, l’histoire part en vrille. Pour cause, deux personnages pas vraiment intéressants qui se mettent en tête d’aller violer l’une de nos personnages principales. Cette partie m’a paru purement ridicule. Non, les violeurs ne sont pas des inconnus qui sortent des buissons la nuit, ce sont généralement des proches de la victime. Je peux à la limite accepter qu’une histoire ne s’embarrasse pas de ce réalisme pour créer un climat d’angoisse. Mais là, non. Non, deux frères, présentés comme de simples benêts (et non pas comme des psychopathes, donc), qui se disent « tient, et si on allait violée machin pour se venger de bidule », ça ne me paraît pas cohérent.

De là, c’est la chute lente et inévitable. Le reste de l’histoire est objectivement bien construite, cela dit. Mais les évènements tournent ensuite trop au surnaturel pour moi. La magie se fait bien trop présente à mon goût. Pour un récit fantastique, c’est sans aucun doute une réussite, avec des fantômes en quête de vengeance, une sorte de sorcière, des histoires de mauvaises ondes et j’en passe. Pour une histoire que j’ai lue pour découvrir une intrigue angoissante, c’est en revanche raté.

 

Ce que j’en retiens au final :

Une grande déception. Le début était prometteur, les personnages intéressants.

Et puis l’histoire vire trop au surnaturel à outrance d’un coup. Les ruelles sombres où il se passe des choses innommables que l’auteur préfère laisser à notre imagination cèdent d’un coup place à des dialogues avec des fantômes, des chats qui parlent et des combats qui en montrent trop.

L’ambiance a pour moi été cassée à ce moment-là. Et même si c’est bien mené malgré ce revirement, j’ai trouvé le temps long sur la fin.

 

Murphy