syrscé-regis-moreau-murphy-myers

Résumé de Syrscé de Régis Moreau :

2028 : SYRSCÉ (SYstème de Reconnaissance des Signatures CÉrébrales) est un radar de haute technologie qui repère et identifie les signatures cérébrales des humains circulant sur son territoire. Grâce à son efficacité, la violence et le crime organisé ont été vaincus en Europe de l'ouest. La paix et la prospérité règnent.

Mais une tueuse, surnommée Ulysse, a trouvé une faille dans le système. Des forces puissantes et antagonistes vont s'affronter pour la retrouver et tout faire pour lui arracher son secret. De l'issue de leur combat dépend l'avenir de l'Europe... et peut-être du monde.

Disponible ici (entre autres)

 

Mon avis sur Syrscé de Régis Moreau :

Ce que j’ai aimé :

Avant tout, merci à l'auteur, Régis Moreau, de m'avoir transmis ce texte pour chronique.

Cette lecture a été pour moi un vrai moment d’évasion. Je n’ai pas vu les pages défiler et me suis rapidement accroché aux personnages. Ulysse est clairement ma préférée du lot, le personnage qui m’a paru le plus complexe. Mais ils sont tous intéressants.

Plus intéressants et intrigants encore que les personnages, leurs interactions m’a vraiment tenu en haleine. Pour résumer, le trio de personnages principaux représente trois partis opposés. On se demande qui va réussir à piéger qui avant qui. Un parfait prétexte à une tension grandissante.

Pour parfaire ce thriller des plus efficaces, quelques scènes gores agrémentent avec succès les passages d’action et de poursuite.

En bref, on va droit à l’essentiel pour une ambiance excellente. Ce qui n’empêche pas plusieurs passages de ralentir un peu le rythme pour nous permettre de réfléchir sur les tenants et aboutissants d’un projet tel que celui de Syrscé. Être surveillé en permanence, est-ce une menace ou une protection, une prison ou une liberté ? Un débat intéressant qui s’associe à une ambiance thriller d’une excellente façon.

 

Ce que j’ai moins aimé :

Je trouve dommage que le SOC ne soit pas mis plus en avant. Cette maladie qui apparaît à cause de l’utilisation de Syrscé lance le récit. C’est par elle qu’on se prend au jeu, qu’on entre dans l’ambiance et qu’on découvre cet univers basé sur la reconnaissance d’ondes cérébrales. Pourtant, cela n’ajoute rien à l’histoire qui suivra et on n’en reparlera d’ailleurs pas avant la conclusion. Ce n’est pas la mort, mais j’avoue que j’aurais aimé passer un peu plus de temps sur ce phénomène du SOC.

Deuxième et dernier point qui m’a mitigé : l’épilogue. D’un côté, je trouve l’idée abordée dans cette conclusion un peu trop exagérée (SPOILER : j’ai toujours eu du mal avec les robots qui se trouvent soudain une conscience qui leur est propre). D’un autre côté, l’idée qu’amène cette conclusion me donne sans mal envie de lire un tome 2 qui montrerait justement l’apocalypse montante qui est prévue.

 

Ce que j’en retiens :

Au final, malgré ces 2 derniers points évoqués (qui représentent une broutille au regard du récit complet), j’ai tout simplement adoré lire Syrscé.

Et je le recommande, pour tout fan de thriller, de SF light et de dystopie. Syrscé vous attend.

 

Murphy Myers