miséricorne-francoise-grenier-droesch-murphy-myers

Résumé de Miséricorne de Françoise Grenier-Droesch :

Hugo, peintre de créatures terrifiantes, croyait pouvoir manipuler les rêves et cauchemars d’autrui à sa guise, mais il ne s’attendait pas à ce que les machines à rêves utilisées le piègent à ce point ! Si à vous aussi vos songes semblent trop réels... N’essayez pas de jouer au plus malin, il se pourrait que vous vous retrouviez dans la situation tragique de ce pauvre Hugo...

 

Mon avis sur Miséricorne :

Ce que j’ai aimé :

Du Lovecraft version SF moderne, il fallait y penser ! Et réussir à le faire, surtout. L’autrice l’a fait, et a parfaitement réussi son ambiance.

L’histoire surprend et intrigue, on commence par un manipulateur de rêves, pour finir sur des créatures hideuses qui hantent la peinture. Sans tomber des nues, j’ai aimé cet enchaînement fluide et loin d’une histoire téléphonée dès les premières lignes.

En plus de ça, l’ambiance serait presque poétique si ce n’était pas si horrifique. Et j’aime ce mélange.

 

Ce que j’ai moins aimé :

En revanche, quitte à avoir une histoire plus longue, j’aurais préféré m’attarder davantage sur certains passages. La découverte de la machine à rêve, les premières expérimentations du personnage en la matière, sont des morceaux malheureusement résumés trop vite. Un peu comme s’il fallait vite finir ces passages pour arriver au cœur de l’histoire.

Mais pour ma part, cette machine me paraissait tout autant intéressante que la suite du texte. C’est bien dommage.

 

Ce que je retiens de Miséricorne :

J’en retiens une fin assez marquante. Le sort du personnage est particulièrement atroce. Mais plusieurs passages, au début notamment, auraient mérités un développement plus conséquent à mes yeux.

 

Murphy