La-Fille-Sortilege-de-Marie-Pavlenko

Résumé de La fille-sortilège de Marie Pavlenko :


Six clans, six magies, six pouvoirs. Un destin

L'histoire
Six Clans dirigent la Cité. Chacun possède une Magie qui commande aux éléments et aux êtres vivants. De leur union dépend l'équilibre. C'est pourquoi, durant la Fête des Echanges, tous les adolescents sont soumis à des épreuves, en vue d'être initiés.
Parce qu'elle a échoué, la jeune Erine est bannie de sa famille et de son Clan. Condamnée à vivre dans la zone d'exil, elle va bientôt découvrir le sombre secret de la Cité. Et le terrible complot qui menace de la détruire.

 

  • Broché: 340 pages
  • Editeur : Le Pré aux Clercs (14 mars 2013)
  • Collection : Pandore

 

Mon avis :


Comment Poppy en est venue à lire de la "young adult" ?
Ce n'est pas que je sois très vieille, loin de là - même si Peter Pan se serait certainement débarassé de moi depuis un moment -et Murphy pourra en témoigner (que je ne sois pas très vieille ...) mais je n'ai jamais été attirée par ce genre de littérature. Je pense que je ne suis tout simplement pas la cible. Sans aimer des lectures trash, je m'ennuie très vite quand il s'agit d'histoires *mièvres*, édulcorées. 

Anyway, ce livre m'a été offert, alors pour honorer ce cadeau, je l'ai lu et... sans être scotchée, j'ai quand même passé un chouette moment.

On suit donc notre héroîne, Erine, bannie de son Clan, qui devient une Orkla et qui va passer des moments pas très sympatiques. C'est l'occasion d'aborder des thèmes plutôt sombres et durs (agressions physiques, morales, deuil, rupture familiale, etc.). On développe forcément de la sympatie pour cette héroïne et son entourage aux vies difficiles. Injustice, impuissance et désespoir gouvernent leur quotidien de bannis. Saupoudrez cela d'une enquête dans laquelle l'héroîne se trouve mêlée malgré elle et d'un rythme d'actions assez fou : voilà La fille-sortilège.

J'ai été charmé par l'écriture qui m'a souvent faite penser à du Mélanie Fazi. Le texte, à la première personne du singulier, est simple, tout en émotions.

Marie Pavlenko sait rendre des personnages et des situations mystérieuses. Vous trouverez du suspens : je pense notamment au personnage de Lorte que j'ai beaucoup apprécié.

Mais, si dans un premier temps, j'ai aimé découvrir ce monde, j'ai été déçue par l'histoire. Il m'a manqué un semblant de "réalisme" pour vraiment accrocher : l'héroïne est malmenée, bafouée, tordue dans tous les sens, son corps n'est que douleur, sans parler de son état émotionnel, pourtant elle court - assez rapidement car le temps lui est compté, elle se blesse, elle se bat, elle est mortellement blessée, elle sauve ses amis, elle est blessée encore. Bref, ce côté "je-suis-telle-une-tâche-qui--résiste-à-tout" m'a un peu gênée. J'ai lu des héros qui ne survivaient pas à la moitié de ce qui arrive à Erine.

Mais arrêtons l'humour, j'ai simplement trouvé cet aspect-là de l'histoire un peu trop *exagéré*.

Autre remarque : l'histoire n'est pas tellement originale quand il s'agit d'expliquer pourquoi cela arrive à l'héroïne en particulier. On est sur de la fantasy traditionnelle, réchauffée mais je n'en dirai pas plus. Pas envie de vous spoiler.

Si vous avez aimé Hunger games, Divergente, je pense que ce livre devrait tout à fait vous plaire.

Si vous avez lu le livre, l'avez trouvé génial et n'aimez pas ma critique, n'oubliez pas que, comme je l'ai déjà noté, ce genre de texte ne m'est pas destiné. ;-)

 


 

En quelques mots :

Le livre se lit vite, en quelques jours.

L'écriture est simple, efficace et tout en émotions.

L'histoire est rythmée.

La fin est ouverte : l'auteure préparerait-elle une suite ?

Dans mon cas, ce livre ne restera longtemps dans ma mémoire même si certains éléments m'ont plus.

 Poppy