magie-maya-masterton

Résumé de Magie maya de Graham Masterton

Rafael Diaz, le nouvel étudiant de Jim Rook, paraît calme timide et réservé. Mais le jeune Mexicain semble avoir un don étonnant : en ayant recours à un ancien rituel maya, il parvient à débarrasser ses camarades de leurs phobies et de leurs peurs les plus profondes...

Bientôt des meurtres monstrueux sont commis sur le campus. Le jeune Rafael en serait-il involontairement responsable ? Ou serait-il l'incarnation de Xipe Totec, démon friand de sacrifices humains ?

Et n'avoir plus peur de rien, n'est-ce pas la chose la plus dangereuse et la plus effrayante qui soit ?

 

Mon avis sur Magie maya de Graham Masterton

Je n’aime pas les sagas, on le sait. Magie indienne m’avait une fois de plus prouvé que j’ai raison, en faisant une suite des plus pauvres à un Magie vaudou qui n’était pas sans intérêt.

Mais comme on m’a offert 5 tomes de cette série, je me suis fait un devoir de poursuivre mes lectures.

Magie maya ne parvient pas au niveau de Magie vaudou, mais est clairement au-dessus de Magie indienne (pas difficile, me dirons ceux qui connaissent mon avis sur Magie indienne…).

L’histoire tente quelques originalités. Ici, la menace n’est pas directement humaine comme dans les 2 tomes précédents. Il s’agit d’une création purement psychique : la Terreur incarnée. J’aime ce genre de concept et ai donc facilement adhéré à cette menace.

Le page-turner est toujours aussi présent avec Masterton. Même si l’histoire ne me conquit pas à 100%, elle est assez prenante et je n’ai pas vu les pages défiler.

En revanche, le personnage principal me parait toujours aussi lisse, vraiment. Les étudiants de sa classe sont autrement plus intéressants que lui, finalement. Dommage qu’ils ne soient que des rôles secondaires.

Autre élément qui m’a dérangé avec ce tome : par moments, au début surtout, on sent qu’on lit un livre, l’immersion ne s’active pas. Je veux dire que dès les premières lignes, le seul sujet qui revient dans toutes les discussions des personnages est la peur. Avoir peur, est-ce bien ? Ne pas avoir peur, est-ce dangereux ? On sait, par le résumé, que les phobies vont être au centre de l’intrigue. Mais si on l’ignorait, pas dur de le deviner avec ces premiers passages. C’est comme si les personnages n’avaient pas de vie en dehors de l’histoire qui les attend. C’est l’impression que m’a laissé ce type de passage en tout cas.

En résumé, Magie maya a été pour moi une lecture sympathique sur le moment sans forcément être inoubliable sur la durée. Le genre de livre vite lu entre deux pavés, imparfait en plusieurs points, plaisant sur d’autres. Pas un Masterton que je conseillerais spécialement, sauf pour un lecteur voulant absolument lire le plus possible de cet auteur.

 

Murphy