palimpseste-charles-stross

Résumé de Palimpseste de Charles Stross :

Drame écologique, guerre nucléaire, catastrophe naturelle... À plus ou moins long terme, toute civilisation est vouée à disparaître. Cela s'est d'ailleurs produit des millions de fois depuis la formation de notre planète.

Pour préserver l'humanité de ces inévitables apocalypses, des agents venus d'un lointain futur voyagent tout au long de l'histoire de la Terre : à chaque fin du monde, ils sauvent ce qui peut l'être, et permettent ainsi à notre espèce de renaître de ses cendres. Mais toute intervention sur l'histoire a des conséquences, parfois tragiques...

 

* Broché : 127 pages * Editeur : J'ai lu * Collection : Nouveaux millénaires *

 

Ce que j’ai aimé dans Palimpseste :

Le concept est intéressant en théorie, avec ces jeux de temps, cette idée de voyages banalisés et de police temporelle. Pas que ce soient des idées nouvelles, mais elles sont ici bien utilisées (au départ du moins).

On retrouve ainsi des passages très entraînants, comme le premier chapitre par exemple, où le héros doit tuer son grand-père pour « sortir de l’Histoire » et intégrer la police temporelle. Une très bonne façon de réinventer le paradoxe du grand-père !

 

Ce que j’ai moins aimé :

Mais on déchante vite. On se retrouve dans des passages interminables, inutilement compliqués où on nous assène des théories scientifiques pas forcément cohérentes ni compréhensibles. Un fan de sciences et de SF « dure » aimera peut-être. Pour moi, c’était une façon de rallonger la sauce et de se perdre en explications futiles, voire hautaines en un sens.

Au final, je n’ai pas retenu grand-chose de l’histoire. On nous parle de temps détraqué, de fins du monde avortées, de planètes détruites, de révolution, et tout se mélange dans un micmac presque imbuvable. D’autant plus dommage que les idées et les concepts, en théorie, me paraissent intéressants.

 

Ce que j’en retiens au final :

Une grande déception. Il y avait pourtant de l’idée. Mais soit l’histoire s’est cherchée sans se trouver, soit je n’ai moi-même pas trouvé l’intérêt de ce texte pourtant tellement vanté, qui a même eu un prix Hugo en 2010 (comme quoi, les prix, en littérature comme au cinéma, ne sont clairement pas un gage de qualité).

 

Murphy