miroir-damne-frederic-livyns-lj-leblanc-avis-chronique-murphy

Résumé de Le miroir du damné de J. B. Leblanc et Frédéric Livyns

Au cœur du massif des Maures, le petit village de Tarsac est le cadre de meurtres sauvages qui font ressurgir la peur et la paranoïa. Qui est cet assassin particulièrement retors qui ne laisse aucune trace et semble connaître parfaitement ses victimes ? C'est ce que devront découvrir le lieutenant Courtas du SRPJ de Toulon et Martin Fabre, le chef de la police municipale.

Cette enquête les confrontera à des croyances révolues sur fond de sorcellerie et à un étrange miroir qui semble être le cœur de l'énigme. Mais, dans cette cuvette infernale écrasée par la chaleur, les morts se succèdent à un rythme effréné, et le temps leur manque...

 

Retrouvez Le miroir du damné sur Sema Diffusion !

 

 

Mon avis sur Le miroir du damné de J. B. Leblanc et Frédéric Livyns

Pour faire simple : c’est un coup de cœur, rien de moins, que j’ai eu pour ce livre !

Sélectionné pour le Prix Masterton ; on sent bien l’influence du maître de l’horreur sur cette histoire qui arrive même à le surpasser. On retrouve dans Le miroir du damné les mêmes qualités que les meilleurs Masterton que j’ai lus : crescendo de tension, menace intrigante et réussie, personnages bien installés et intéressants (même intrigants et suspicieux pour certains).

L’histoire fait se croiser plusieurs personnages, tous réussis, avec habileté. Le tout alterne avec des flashbacks tout aussi intéressants (et j’adhère rarement aux histoires montées sur des flashbacks, alors l’exception mérite d’être dite !). Le tout premier flashback est particulièrement réussi avec ce père démuni face à la maladie de son fils. Le miroir du damné est avant tout un texte anxiogène, mais il arrive aussi dans des moments de ce type à éveiller d’autres émotions. C’est une partie de sa richesse et à ce moment-là que je me suis dit que je tenais vraiment un bon livre !

J’ai particulièrement adoré cette façon qu’ont eue les auteurs de casser certains schémas classiques. Dès qu’on s’attend à ce qu’il se passe telle ou telle chose avec tel personnage, l’histoire dévie soudain. Je n’en dis pas plus à ce sujet mais la surprise étant un élément essentielle pour moi, j’ai été servi comme rarement durant mes dernières lectures. L’histoire, déjà digne d’intérêt, s’améliore encore plus après chaque passage de la sorte. Et le final, dans la suite logique, amène la tension à son point culminant en bouclant parfaitement chaque partie de l’histoire mise en place en cours de route.

Mention spéciale : avec toutes mes lectures en parallèle, je ne me souvenais pas que deux auteurs se cachaient derrière Le miroir du damné. Je m’en suis rendu compte au milieu de ma lecture, par hasard en faisant une recherche Google. Et sans ça, je n’aurais jamais percuté que l’auteur du texte était en fait un duo. Les deux ont su fusionner leurs plumes pour donner un style irréprochable et homogène jusqu’au bout.

 

En bref, Le miroir du damné est mon coup de cœur horrifique 2017 (et j’ai lu une centaine de livres depuis janvier, pour donner une idée de la « concurrence »). Il s’amuse à nous donner toutes les cartes pour prédire ce qui va arriver, puis chamboule tout et opte pour une alternative qu’on n’avait pas vue venir. Il nous présente des personnages attachants, complexes et complets, jamais noirs ou blancs mais toujours entre les deux, une menace de haute qualité, des scènes d’angoisse et d’horreur comme on aimerait en trouver plus souvent. Si je devais lister toutes les qualités de ce livre, il me faudrait une centaine de pages, mais pour résumer : s’il y a un texte fantastique/horreur à dévorer cette année, c’est Le miroir du damné.

 

Murphy