livre-dont-etes-victime-malo-braquilanges-chronique-avis

Résumé du Livre dont vous êtes la victime de Malo de Braquilanges :

Vous vous réveillez. Ou alors vous êtes morte. On vous a enlevé. Jusqu'où êtes-vous prête à aller pour vous échapper ?

Vous devrez lutter pour vous en sortir, pour tenter de reprendre le cours de votre vie. Vous connaîtrez le poids du regard des autres. Vous connaîtrez l'exclusion. Vous n'arriverez plus à dormir. Vous allez fuir, vous devrez affronter votre propre famille. Vous êtes seule. Vous devrez vous battre pour votre survie.

Ne vous y trompez pas, aujourd'hui, la victime, c'est vous. Oserez-vous ouvrir le livre dont vous êtes la victime ?

 

Retrouvez Le livre dont vous êtes la victime sur Amazon !

 

Mon avis sur Le livre dont vous êtes la victime de Malo de Braquilanges :

La première chose qui saute aux yeux avec ce texte, c’est évidemment sa narration. Tout en « vous », elle interpelle directement le lecteur et le plonge dans l’ambiance en quelques lignes. Ajouté à ça une histoire qui démarre très fort, en plein cœur de l’action, et on tient un très bon départ pour une lecture pleine de tension.

La suite du récit est moins précipitée et donc moins puissante de ce côté-ci. Il y a même quelques longueurs par-ci par-là, surtout vers le milieu de l'intrigue. Mais ces passages servent à mieux poser les personnages et à travailler leur passé, leur personnalité, leurs interactions.

On repère aussi un cliché du genre que je n’aime que moyennement (il existe certains clichés que j’aime bien, oui !). Ici, j'ai nommé la romance entre l'enquêteur et la victime, aspect que je n'ai jamais trouvé crédible et qui m'use un peu plus à chaque fois que je le retrouve dans un thriller. Aspect à nuancer dans le cas du Livre dont vous êtes la victime : ladite romance ne parasite pas l'histoire, reste assez discrète, et s'avère finalement même utile pour finir sur une touche bien sombre.

Ce qui me fait une parfaite transition pour finir ma chronique, car la noirceur a la part belle dans ce texte ! C’est, avec la narration en « vous », le vrai point fort du récit. Hormis le début particulièrement réussi et glacial, tout le jeu du chat et de la souris en cours de texte participe à l’ambiance sinistre : entre le prédateur à l’esprit fissuré et la réaction des proches de la victime qui l’accusent quasiment elle, ou qui ne la croient pas, les travers de l’esprit humain et de la société sautent aux yeux.

La fin boucle parfaitement la boucle de ce côté, par une sorte de réaction en chaînes chez les personnages très bien amenée et pour le moins destructrice !

En bref, malgré quelques longueurs à mi-parcours, le procédé original, le début entrainant et surtout la fin réussie du Livre dont vous êtes la victime valent le détour !

Murphy Myers