proies-temps-sebastien-fillon-murphy

 

Résumé des Proies du temps de Sébastien Fillion:

Liées par une étrange prophétie, Nellie et Stella décident de tout plaquer pour partir ensemble. Une île oubliée des cartes les appelle. Là-bas peut-être ces amies de toujours parviendront-elles à donner un sens à leur existence.

Mais on ne se coupe pas du temps comme on se coupe du monde. Au-dessus d’elles, une horloge étend ses ombres…

Disponible ici, en papier ou ebook !

 

Mon avis sur Les proies du temps de Sébastien Fillion:

Mon avis est mitigé pour cette lecture.

Le début est vraiment prenant. On s'immerge vite aux côtés des 2 héroïnes, on veut en savoir plus sur ces prédictions et la suite des événements. Les 100 premières pages défilent avec facilité. Le style sans faille de l'auteur n'y est pas inconnu. Au service du récit, précis et direct, il nous permet de visualiser chaque scène avec efficacité.

Mais mon intérêt pour les personnages et leur histoire est retombé progressivement par la suite. On ne s'intéresse plus trop à la deadline (littéralement une deadline pour le coup), on s'occupe plutôt à détailler l'île, ses habitants, ses activités. Si c'est au départ un aspect intriguant, j'avoue m'être désintéressé des lieux et des personnages au fur et à mesure. L'approche est pourtant sympathique, avec ce fantastique léger et toujours incertain qui m'a rappelé l'excellente série The booth at the end. Mais je m'attendais à plus spectaculaire, plus haletant. La faute à une couverture qui me faisait penser à de la fantasy pur ou à un résumé que j'ai interprété comme plus mystique que l'histoire ne l'est finalement ? Quoi qu'il en soit, Les proies du temps s'avère bien loin de ce que je pensais trouver. Si se tromper sur la marchandise n'est pas toujours gênant, j'avoue que l'aspect réaliste du récit a finalement un peu déçu le lecteur en quête d'un monde merveilleux que j'étais.

Puis vient la fin, la dernière ligne droite, qui m'a ramené dans mon état d'esprit du début : tension, intérêt, tout y est. On veut savoir ce qui va arriver dans le paragraphe suivant, certains personnages gagnent un nouvel aspect insoupçonné. Pour tout dire, je craignais une fin foireuse. Quand on base une histoire sur une "prophétie" qui destine un personnage à la mort, il est difficile d'innover ou même d'apporter une fin satisfaisante au récit. Soit le héros meurt bel et bien et ça ne surprendra personne, soit il survit (mais meurt métaphoriquement parlant, tout ça, tout ça) et... ça ne surprendra personne non plus. Combien de "prophéties" du genre se sont avérées fausses dans un texte ? Combien de livres, de films, où le héros survit alors que tout le condamnait depuis le début ? Et pourtant, Les proies du temps a réussi à me surprendre à ce sujet, de la façon la plus positive qui soit. Je ne m'attendais pas à une telle fin ! Le défi était pourtant de taille : apporter quelque chose de nouveau avec un concept de base déjà tant utilisé. Bravo à l'auteur pour cet aspect simplement bluffant.

En résumé, Les proies du temps a été une lecture en demi-teintes pour moi. Un début prometteur et entraînant, une fin magistrale, mais un milieu trop lent, trop loin de ce que la couverture et certaines chroniques (qui comparaient le texte à Indiana Jones notamment) m'avaient laissé attendre. Reste un style impeccable et un final dont je me souviendrai longtemps qui, à lui seul, justifie de lire ce roman !

Murphy Myers