livre-sans-nom-anonyme

Résumé du Livre sans nom :

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets...

Un mystérieux tueur en série, qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom...

La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique... Deux flics très spéciaux, un tueur à gages sosie d'Elvis Presley, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d'œil à Seven et à The Ring... et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année.

 

Mon avis sur Le livre sans nom :

Comme toujours, j'ai des siècles de retard. J'entends parler du Livre sans nom depuis des années, on me l'a offert il y a bien 5 Noël déjà. J'en aurais mis du temps... Mais une fois que j'ai enfin commencé, je n'ai quasiment plus lâcher ma lecture !

On entre directement dans le vif du sujet, le style est rapide, sans fioriture, au service du récit.

Les personnages sont nombreux mais on parvient à s'y retrouver sans difficulté. Le côté cliché de certains d'entre eux y est peut-être pour quelque chose. On s'amuse à alterner les points de vue, à tenter de deviner qui va bientôt mourir, de la main de qui. Quasiment tous les personnages nous amènent leur lot de surprises : un tel est en fait le tueur (bon, ce récit accumule les tueurs en tout genre, mais il y a UN tueur précis que 2 policiers recherchent tout le long du texte), un autre était en fait le frère d'un troisième personnage et cet autre personnage encore n'est en fait pas vraiment humain. Les revirements jalonnent la lecture avec efficacité.

L'ambiance du roman est elle aussi assez particulière. On commence comme un western, on alterne avec du thriller, le fil conducteur relève du genre policier, plusieurs arcs narratifs renvoient plutôt à l'aventure et, surtout, le fantastique s'invite sans pour autant dénoter en cours de route. Un vrai meltingpot assez jouissif qui reste cohérent malgré tout (le fait que l’histoire ne se prenne jamais au sérieux doit y être pour beaucoup).

On compare souvent le live sans nom à du Tarantino. Il y a en effet quelque chose, avec ces destins croisés, ces personnages hauts en couleur, cette violence permanente. Mais, au risque de me faire lyncher par le web, je n'ai jamais vraiment aimé les films de Tarantino. Certains m'ont bien plu, mais pas jusqu'à devenir un fan inconditionnel et, le plus souvent, ce sont pour moi des visionnages, peut-être plaisants sur le moment, mais que je ne pense pas renouveler de sitôt.

Tout ça pour dire que, si vous êtes dans le même cas que moi, ne fuyez pas le Livre sans nom à cause de sa ressemblance au style Tarantino. Je suis la preuve vivante (littérallement) qu'on peut ne pas forcément aduler Tarantino tout en adhérant au Livre sans nom !

Murphy Myers