pantins2

 

Résumé des Pantins marionnettistes 2 de Samantha Cortenbach :

Deuxième et dernier volume des Pantins Marionnettistes, le diptyque grand-guignolesque d'une vendetta de masse.

Braham, 1939.

Après le drame du château des Roches, Christian s’est réfugié sur l’île de Braham. Il y retrouve une flopée d’anciens ennemis, réunis là-bas pour refonder la congrégation. En quête de vengeance, il s’entoure d’un groupe d’alliés aux multiples compétences : la communauté. Mais l’imminence de la guerre précipite le départ de leurs ennemis. Pour les retenir de force, ils établissent un plan redoutable, visant à isoler l’île du reste du monde. Par un jeu de manipulation des masses et de falsification de l’information, la communauté grandira jusqu’à s’étendre à l’île entière, pour la plonger dans une psychose collective, qui finira par gagner ses instigateurs...

Disponible ici !

 

Mon avis sur Les pantins marionnettistes 2 de Samantha Cortenbach :

Avec ce deuxième tome, on embarque à nouveau dans l'univers déjanté de Samantha Cortenbach. Ici, les choses m'ont paru plus posées, plus "matures" en un sens ; mais j'imagine que de savoir dans quoi je m'embarquais y joue beaucoup ; je savais déjà plus ou moins où on voulait me mener cette fois. La bonne surprise du tome 1 a donc laissé place au plaisir d'aller au bout de ces aventures rocambolesques (et le mot est faible) en étant conquis d'avance.

L'idée de la manipulation des masses est sans doute celle qui m'a le plus parlé dans cette lutte stratégique (et physique) ; en plus du plaisir de suivre une histoire qui ne se prend pas au sérieux, on décèle un fond de philosophie, ou de morale malgré tout. Rien de révolutionnaire (on sait tous comment fonctionne les foules et à quel point on les manipule facilement) mais c'est très plaisant et mené de façon excellente ! De ce point de vue, les 2 premières parties de ce tome (car il est coupé en 4) sont probablement mes préférées de ce diptyque.

Côté bémols : mon personnage préféré du tome précédent, Andréa, ne fera qu'une apparition très réduite (on ne reviendra à son époque que dans le dernier quart de l'histoire). C'est ce personnage qui m'avait ferré et donné envie de continuer ma lecture dans le tome 1 ; aussi j'espérais pouvoir vite la retrouver ici (ne pas la revoir en fin de tome 1 étant l'un des rares défauts que j'attribuerais aux Pantins marionnettistes). Heureusement, le talent de Samantha Cortenbach nous fait vite oublier cette petite frustration : les autres personnages ne sont pas en reste, on fouille la personnalité de ceux que l'on connait déjà, on en découvre d'autres. La palme revient pour moi à la sorcière Sarah, tordue et barrée (à l'image de toute cette histoire, me direz-vous), que j'ai simplement adorée !

Enfin, impossible de chroniquer une telle œuvre sans revenir sur son style unique. Certes, on se dit parfois que quelques coupes auraient fait du bien à l'histoire et que telle ou telle digression n'est pas primordiale ; un bon quart en moins n'aurait pas fait de mal à nos chers Pantins. Mais c'est dans un sens aussi ce qui fait tout le charme de cette écriture : impactante quand il faut, déjantée sans modération, bavarde dans le bon comme le mauvais sens du terme.

Le plaisir l'emporte le plus souvent, reste à voir ce que donnera d'éventuelles futures histoires signées Cortenbach. Affaire à suivre (de près).

 

Murphy Myers