regnum-1-gael-tomaz-avis

 

 Résumé de Regnum 1 de Gaël Tomaz

Neuf destins entrelacés sur deux mondes que tout sépare.

Neuf vies changées à jamais par la découverte de Kelvin et Logan.

Neuf joueurs sous la baguette d'un redoutable meneur de jeu qui compte bien garder la main.

Mais la véritable question demeure. Qui a rebattu les cartes et imposé les nouvelles règles du jeu ?

 

Disponible sur Amazon !

 

Mon avis sur Regnum 1 de Gaël Tomaz

Mon avis est mitigé pour cette lecture. Je dirais que cela vient d'un cumul de petites choses plus que d'un point en particulier. Par exemple, certaines scènes (dont les premières) se font sans narration, seulement à partir de dialogues. J'aime cette idée, que je trouve originale. Mais si la première scène est un dialogue à deux simple à suivre, les autres scènes de ce type m'ont assez perdu par le nombre conséquent des personnages concernés.

Ce point se retrouve de façon plus générale par la suite. Si la confusion s'est estompée au fil des pages, le grand nombre de personnages est resté un frein pour moi. Je n'ai pas réussi à m'identifier à eux, un soucis que j'ai déjà rencontré avec d'autres textes aux nombreux protagonistes ; ce point n'est donc pas totalement imputable à Regnum en particulier.

Il y a quand même beaucoup d'idées et d'action, pour contre-balancer mon avis. Le fond, les idées, est prometteur et inventif et le rythme bien présent. Peut-être un peu trop justement ; quelques temps morts auraient pu aider à mieux poser les personnages et leur psychologie.

Il s'agit du tout premier texte de cet auteur et ces bémols sont donc assez compréhensibles (je citerais les mêmes pour mes propres tout premiers textes d'ailleurs). J'ajouterais que là où certains auteurs se braquent très facilement, Gaël Tomaz s'est montré très humble, compréhensif et envieux de progresser sur les points évoqués ci-dessus.

En résumé, ma lecture de Regnum ne m'a pas totalement convaincu mais a permis la découverte d'un univers intrigant malgré tout et la certitude de textes futurs signés Tomaz plutôt prometteurs.

Murphy Myers