sutures frederic livyns

Résumé de Sutures de Frédéric Livyns :

Qu’est-ce qu’une vie ? Des fragments de temps que l’on essaie d’agencer à notre convenance ?

On a beau essayer d’agir au mieux, on ne dispose jamais de toutes les cartes. Tout ce qu’on a créé peut être balayé d’un revers de main du Destin. Quoi que l’on fasse, la souffrance et la mort ne sont jamais bien loin. Elles guettent le moindre de nos faux-pas afin d’imprimer dans notre chair et notre esprit des cicatrice indélébiles.

Des sutures que nous nous efforçons de cacher…

Disponible ici !

 

Mon avis sur Sutures de Frédéric Livyns :

De façon générale, Sutures m'a mieux convaincu que Les contes d'Amy du même auteur. Le procédé est semblable : mêmes ambiances, entre surnaturel, épouvante et ambiance "4e dimension" ; et ça ne peut que me plaire. Ici, le style m'a paru beaucoup mieux maitrisé et on prend plaisir à suivre ces textes plus ou moins courts, comme autant de friandises d'horreur. En revanche, j'aurais le même bémol que pour Amy : la plupart des chutes se devinent facilement et on a parfois l'impression de survoler le texte : à peine est-on entré dans l'ambiance que l'histoire se termine ; pas le temps de profiter de l'épouvante comme c'est le cas dans les romans du même auteur.

Cet aspect concerne plusieurs nouvelles mais une certaine partie d'entre elles s'en sort haut la main. Plus longues, elles permettent de mieux prendre notre temps, de mieux nous immerger.

"La descente" est mon premier coup de cœur. Simple mais terriblement efficace. Elle ne joue pas sur un retournement final mais plus sur une logique "absurde" et surnaturel qui glacera le sang de tout claustrophobe qui s'ignore. "Le sourire", plutôt classique, m'a bien plu aussi avec ses ingrédients glauques à souhait. Si le texte propose une sorte de chute, elle n'est pas le point central de l'histoire selon moi, et l'horreur de cette hantise m'a beaucoup plu. "Les mange-chair" est peut-être ma préférée. Le texte repose sur une légende asiatique qui peut prêter à sourire, mais l'histoire en ressort plus puissante car plus étrange. On suit les personnages d'un bout à l'autre, c'est vraiment un texte que je relirais avec plaisir, et qui échappe au bémol évoqué plus haut.

D'autres nouvelles, sans être des coups de cœur, se lisent vraiment avec plaisir et prennent le temps d'installer leurs personnages et leur intrigue sans perdre en efficacité : "Escalier pour nulle part" malgré sa chute trop utilisée dans ce recueil (j'y reviendrai plus bas), "Lilu et Lilitu" avec son versant plus gore et "direct", "Poupée d'amour" et "Promesse tenue", jouant tous deux sur la tension et l'attente de la "malédiction" à venir, et "Un jour ordinaire" qui conclut le livre de façon peut-être plus douce que la moyenne mais avec une histoire familiale prenante.

"Mémoire d'outre-tombe", seul texte SF, ajoute une touche originale. J'ai aimé changer un peu d'ambiance pour un temps. Seulement, les concepts utilisés dans ce texte auraient mérité un roman entier. Sous forme de nouvelle, on a tout juste le temps d'expliquer la situation et rideau de fin.

Enfin, j'ai trouvé vraiment dommage que plusieurs nouvelles utilisent la même chute (qui est déjà en soi plutôt classique et facile à deviner). D'autant plus quand on lit les nouvelles en question à la suite ! Les disperser dans le recueil aurait amoindri cette impression de répétition qui m'a presque lassé par moments : quand 3 histoires d'affilé utilisent le même procédé, ça peut vite décourager le lecteur, surtout quand on est vers le début du livre. C'est dommage de risquer un décrochage pour un détail aussi facile à gommer. D'autant plus que de nombreuses idées valent la peine qu'on s'y penche, dans ce recueil.

En résumé, je n'ai été convaincu qu'à moitié. Il faut dire que la nouvelle est un exercice difficile ; et plus il y en a dans un recueil donné, plus la difficulté augmente. Malgré tout, la lecture de Sutures est plaisante et les lignes défilent vite. Mon avis en demi-teinte ne m'empêchera pas de récidiver chez Frédéric Livyns, du côté des romans pour la prochaine lecture que j'ai en vue !

Murphy